Outils pour utilisateurs

Outils du site


glossaire:theories:theorie_lumiere

Les dimensions de la couleur dans darktable

Sources :

et annotée par la vidéos ci-dessous

Cette section définit les propriétés perceptives de la couleur, tant sur le plan conceptuel que quantitatif, afin de caractériser et de quantifier les ajustements créatifs et correctifs apportés à la couleur dans darktable.

definitions

Les propriétés de la couleur comme la “saturation”, la “brillance” ou la “luminosité” sont passées dans l'usage courant mais sont largement mal utilisées et souvent employées pour signifier différentes choses. En science de la couleur, chacun de ces termes a une signification précise.

Il existe deux cadres dans lesquels les propriétés des couleurs peuvent être analysées et décrites :

  • Un cadre physiologique, linéaire, qui se concentre principalement sur la réponse des cellules coniques de la rétine, en utilisant des espaces de couleur tels que CIE XYZ 1931 ou CIE LMS 2006,
  • Un cadre perceptuel, psychologique, qui superpose les corrections du cerveau au signal de la rétine, en utilisant des espaces couleur tels que CIE Lab 1976, CIE Luv 1976, CIE CAM 2016 et JzAzBz (2017).



Ces deux cadres nous fournissent des métriques et des dimensions pour analyser la couleur et nous permettent de modifier certaines de ses propriétés tout en en préservant d'autres.

Les dimensions suivantes de la couleur sont utilisées par darktable :

hue/teinte

Un attribut de la perception visuelle dans lequel une zone semble être similaire à l'une des couleurs rouge, jaune, verte ou bleue, ou à une combinaison de paires adjacentes de ces couleurs considérées dans un anneau fermé. 1 La teinte est une propriété partagée entre le cadre perceptif et le cadre linéaire de la scène.

en abcisse : la teinte, en ordonnée : la chroma
luminance/luminance

La densité de l'intensité lumineuse par rapport à une surface projetée dans une direction donnée en un point donné d'une surface réelle ou imaginaire. 2 La luminance est une propriété des cadres de référence de la scène, et est exprimée par le canal Y de l'espace CIE XYZ 1931.

La luminance est la seule grandeur qui peut quantifier une sensation visuelle de luminosité. En bref, c’est le flux lumineux provenant d’une surface éclairée qui est réfléchie dans l’œil, d’où son unité, le candela par mètre carré. (source)
wikipedia

La luminance varie en fonction de l'exposition. Elle préserve la teinte et la chroma.

Brightness

Attribut de la perception visuelle selon lequel une zone semble émettre, transmettre ou réfléchir plus ou moins de lumière. 3

Comportement identique que la luminance mais avec un résultat final plus clair.

lightness/luminosité

La luminosité d'une zone jugée par rapport à la luminosité d'une zone éclairée de façon similaire qui semble blanche ou très transmettrice. 4 La luminosité est l'homologue perceptif et non linéaire de la luminance (approximativement égale à la racine cubique de la luminance Y). La luminosité est exprimée par le canal L dans CIE Lab et Luv 1976 et par le canal J dans JzAzBz.

Notes

brightness relative au blanc du médium.

correspond à un pourcentage de la valeur du blanc

chroma

La coloration d'une zone jugée comme une proportion de la luminosité d'une zone éclairée de manière similaire qui apparaît grise, blanche ou très transmise. 5 Attention : chroma n'est pas le diminutif de chrominance, qui est la partie couleur d'un signal vidéo (les canaux Cb et Cr dans YCbCr, par exemple).

Notes
La chroma évolue sur une ligne à partir du gris.
Beaucoup de logiciels confondent chroma et saturation. La saturation réelle modifie la chroma et la luminosité.

brillance

La luminosité d'une zone jugée par rapport à la luminosité de son environnement.

Notes

Plus le fond est sombre et plus les couleurs semblent brillantes.

saturation

La coloration d'une zone jugée par rapport à sa luminosité. 7
Les couleurs peuvent être décrites dans de nombreux espaces colorimétriques différents, mais quel que soit l'espace colorimétrique, chaque couleur a besoin d'au moins 3 composantes : une certaine métrique de la luminance ou de la luminosité, et 2 métriques de la chromaticité (teinte et chroma, ou coordonnées des couleurs adverses).

Notes

La saturation assombrit les couleurs et diminue la luminosité.

Chromaticité : combinaison de la teinte et de la chroma

illustrations

Si les définitions précédentes sont utiles pour donner un sens aux mots, elles ne nous disent pas ce que nous devons regarder. Les graphiques suivants illustrent la luminance, la luminosité, la chroma, la brillance/l'éclat et la saturation variant à partir d'une couleur de base “0” et la façon dont les couleurs résultantes se dégradent :

(Lightness + Chroma) ou (Brilliance/Brightness + Saturation) sont deux façons différentes de coder la même réalité. Ce sont des espaces orthogonaux qui peuvent être convertis de l'un à l'autre par une simple rotation de la base. Cela signifie que la chroma évolue à luminosité constante, la saturation évolue à brillance/luminosité constante, et vice versa :

Les lignes de chroma égale sont verticales (suivant la grille des patchs), ce qui signifie que la chroma a la même direction pour toutes les couleurs de la gamme (voir ci-dessous). En revanche, les lignes de saturation égale sont obliques (dessinées en pointillés sur le graphique) et vont toutes du noir à travers chaque patch de couleur, ce qui signifie que leurs directions sont particulières à chaque couleur.

L'augmentation de la chroma éloignera donc uniformément toutes les couleurs de l'axe gris central horizontalement, tandis que l'augmentation de la saturation fermera ou ouvrira l'angle des lignes obliques en pointillés comme une fleur.

De même, l'augmentation de la luminosité déplacera toutes les couleurs uniformément vers le haut de l'axe horizontal, tandis que l'augmentation de la brillance/luminosité les déplacera le long des lignes de saturation égale.

Sur les deux graphiques ci-dessus, la luminosité, la chrominance, la saturation et la brillance sont dessinées dans l'espace couleur JzAzBz, qui est un espace couleur perceptuel adapté à un signal HDR, et qui est utilisé dans les masques paramétriques et le module RVB de balance des couleurs. La luminance est dessinée dans l'espace couleur CIE XYZ 1931, et représente l'effet d'une compensation d'exposition. Elle présente le même comportement que la brillance, sauf que la taille de l'étape n'est pas mise à l'échelle de manière perceptible.

Remarque : dans cette section, la brillance et la luminosité sont toutes deux utilisées pour décrire la même dimension. En toute rigueur, la luminosité est une mesure absolue, tandis que la brillance est la luminosité d'une surface par rapport à la luminosité de son environnement (c'est-à-dire la mesure dans laquelle une surface se détache de son environnement et semble fluorescente). Mais dans l'édition d'images, augmenter la luminosité d'une surface augmentera aussi sa brillance, donc le terme brillance est préféré dans l'interface utilisateur de darktable pour plus de clarté et en référence à son effet visuel.

glossaire/theories/theorie_lumiere.txt · Dernière modification: 2021/08/09 17:57 de virgilek